Tout ce qu'il faut savoir sur l'épargne-pension

Sous la loupe : l'épargne-pension

Que l'on décroche son premier job ou que l'on soit sur le point de prendre sa pension : tout le monde s'accorde à dire que l'épargne-pension est essentielle pour vivre une retraite confortable. En effet, le vieillissement de la population met le système des pensions sous pression, et votre pension légale ne suffira malheureusement plus pour maintenir votre niveau de vie.

Pensioensparen
Dans cet article

    Nous devons donc pourvoir nous-mêmes à ce ballon d'oxygène financier ! Et afin d'inciter les Belges à épargner pour leurs vieux jours, le gouvernement prévoit un incitant fiscal. Vous faites donc d'une pierre deux coup !

    Contrairement à ce qu'on pourrait penser, l'épargne-pension n'est pas une matière aussi complexe qu'il y paraît. Laissez-nous vous guider pas à pas.

    Alors, épargnez-vous déjà pour votre pension ? | NN Insurance Belgium

    1.

    En quoi consiste l'épargne-pension ?

    L'épargne-pension est une formule d'épargne à long terme qui vous permet de constituer une pension complémentaire à votre pension légale et, sous certaines conditions, de bénéficier d'un avantage fiscal.

     

    Voici la définition claire et précise que l'on retrouve sur le site Internet du Service Public Fédéral Finances ! L'épargne-pension est aussi appelée le troisième pilier de pension. La constitution de votre pension repose en effet sur quatre piliers : la pension légale (le premier pilier de pension), la pension via votre employeur ou votre activité professionnelle (le deuxième pilier de pension), l'épargne-pension fiscale (le troisième pilier de pension) et l'épargne-pension non fiscale (le quatrième pilier de pension).

    1. La pension légale : cette pension est constituée au moyen d'un prélèvement légal sur le salaire. À l'âge de la retraite, vous percevez ensuite une pension de l'État. 
    2. La pension complémentaire : c'est à l'employeur que revient l'initiative de souscrire une assurance de groupe qui prévoit le versement de cotisations patronales et personnelles. Les cotisations personnelles sont prélevées sur le salaire et sont fiscalement déductibles. 
    3. L'épargne-pension : pension constituée au moyen de l'épargne personnelle. Si le montant maximum n'est pas plafonné, le montant entrant en ligne de compte pour la réduction d’impôt est limité par année. Un pourcentage du montant versé peut être déduit dans la déclaration d'impôt. 
    4. L'épargne libre Individuelle : pension constituée au moyen de l'épargne personnelle qui ne donne pas droit à une réduction d'impôt.

    Les piliers de pension complémentaire ont été créés pour vous permettre de maintenir votre niveau de vie actuel après la retraite, sachant que le premier pilier de pension est menacé par le vieillissement de la population.

    Curieux de connaître le montant dont vous auriez besoin en plus de votre pension légale ? Calculez ici votre pension à l'aide de notre simulateur. 

    À partir de quel âge puis-je cotiser à l'épargne-pension ?

    Vous pouvez commencer à cotiser entre 18 et 65 ans. Il va sans dire que vous avez intérêt à commencer l'épargne-pension le plus tôt possible. Non seulement vous épargnerez en profitant d'un bon rendement, mais vous payerez aussi moins d'impôts. 

    Le capital épargné est généralement versé à votre 65ème anniversaire. Vous payerez sur celui-ci un impôt final de 8 % à 60 ans, tout en continuant de bénéficier d'un avantage fiscal sur les primes que vous verserez les années suivantes, alors que le capital que vous continuerez à constituer ne sera plus imposé. Si vous avez souscrit votre épargne-pension avant le 1er janvier 2015, les dispositions sont différentes.

    Si vous ne commencez l'épargne-pension qu'après 55 ans, le capital épargné ne pourra être versé au plus tôt qu'après dix ans, moyennant la déduction de l'impôt final. En effet, un contrat d'épargne-pension doit courir au moins dix ans. Donc si vous commencez l'épargne-pension à 58 ans, le contrat devra courir jusqu'à votre 68ème anniversaire, mais vous ne bénéficierez malheureusement de l'avantage fiscal que jusqu'à votre 64ème anniversaire !

    2.

    Quels sont les différents types d'épargne-pension ?

    Il y a deux façons de cotiser à l'épargne-pension :

    1. Via un compte ou un fonds d'épargne-pension auprès d'une banque : Avec un compte d'épargne-pension, vous cotisez à l'épargne-pension via un fonds commun de placement. Un tel fonds investit dans des actions et des obligations, et donc ses bénéfices dépendent de l'évolution de la bourse. Dans ce cas, on parle d'une formule d'investissement ! En fonction de votre âge, vous pouvez opter pour un fonds d'épargne-pension dynamique ou défensif.
    2. Via une assurance d'épargne-pension auprès d'une compagnie d'assurance : Une assurance d'épargne-pension est en fait une assurance vie individuelle. Vous avez le choix entre une assurance d'épargne-pension en branche 23 ou en branche 21 :
    • Une assurance d'épargne-pension en branche 23 ressemble fort à un compte ou un fonds d'épargne-pension auprès d'une banque : aucun des deux ne propose un rendement préalablement défini.
    • Dans le cas d'une assurance d'épargne-pension en branche 21, vous connaissez d’avance le rendement annuel minimum garanti et vous bénéficiez de la garantie de capital.

    Nous vous conseillons d'opter pour une assurance d'épargne-pension flexible, afin de pouvoir déterminer librement la prime chaque année.

    Le bon choix dépend de différents facteurs, comme votre âge et votre profil de risque. Par exemple, si vous commencez l'épargne-pension à un âge plus avancé, vous avez intérêt à opter pour une assurance d'épargne-pension en branche 21. Dans tous les cas, les deux options sont fiscalement intéressantes !

    En fonction du type d'épargne-pension, il est plus intéressant soit de verser un montant mensuel fixe, soit de verser la totalité du montant en une fois chaque année. Par exemple, si vous optez pour un fonds d'épargne-pension ou une assurance d'épargne-pension en branche 23, nous vous conseillons de verser un montant mensuel. De cette manière, vous répartirez vos primes tout au long de l'année et vous acheterez à des moments plus ou moins favorables en fonction des fluctuations du cours du fonds !

    3.

    L'épargne-pension est-elle soumise à des frais d'entrée ou à des frais de sortie ?

    Il n'y a pas de frais d'entrée lorsque vous ouvrez un nouveau compte d'épargne-pension, mais bien à la souscription d'une assurance d'épargne-pension ! Cette dernière est soumise à des frais d'entrée aussi bien pour le courtier que pour l'assureur.

    Des frais de sortie sont d'application si vous prélevez anticipativement votre épargne-pension, avant votre 65ème anniversaire. Il s'agit en l'occurrence d'une pénalité de 33 %, plus les taxes communales. À partir de 60 ans, vous payerez une indemnité de sortie moins élevée. Le montant exact de celle-ci dépend d'un assureur à l'autre et diminue à mesure que vous approchez du cap des 65 ans.

    4.

    Puis-je transférer mon épargne-pension ?

    Vous voulez transférer votre épargne-pension d'assureur à assureur, de banque à banque, d'assureur à banque ou inversement ? Ce transfert est soumis à certains frais. Aperçu :

    1. Vous voulez transférer votre compte d'épargne-pension vers une autre banque ?
    Dans ce cas, votre nouvelle banque peut vous facturer des frais de transfert et des frais d'entrée. Dans certaines banques, le transfert est totalement gratuit. Donc, informez-vous bien au préalable !

    2. Vous voulez transférer votre assurance d'épargne-pension vers une autre compagnie d'assurance ?
    Dans ce cas, votre ancien assureur vous facturera systématiquement des frais de sortie contractuels. Votre nouvel assureur quant à lui ne vous facturera pas systématiquement des frais d'entrée.

    3. Vous voulez transférer votre compte d'épargne-pension vers une assurance d'épargne-pension ou inversement ?
    Dans ce cas, il s'agit en fait d'un retrait anticipé, soumis à une pénalité de 33 %, plus les taxes communales. Il est donc plus intéressant de ne pas toucher au capital déjà épargné et de ne plus effectuer de versements complémentaires.

    5.

    Qui peut cotiser à l'épargne-pension ?

    Vous pouvez commencer une épargne-pension entre 18 et 65 ans. Examinons les différentes situations.

     

    Comment puis-je cotiser à l'épargne-pension en tant que salarié ?

    Tout salarié a droit à sa pension légale, mais il n'y a pas toujours de quoi pavoiser… Raison pour laquelle il est intéressant de prendre l'initiative de souscrire une épargne-pension via une banque ou une compagnie d'assurance.

    Si vous avez de la chance, vous pouvez aussi épargner pour votre pension via votre employeur par le biais d'une assurance de groupe (deuxième pilier de pension). Dans ce cas, l'employeur met chaque mois de côté une petite somme d'argent qui peut constituer à long terme un montant très intéressant. Pensez à vous informer suffisamment sur les différentes possibilités si vous changez d'employeur !

     

    Comment puis-je cotiser à l'épargne-pension en tant qu'indépendant ?

    Vous êtes indépendant ? Dans ce cas, vous savez probablement que votre pension légale sera particulièrement faible. Donc vous avez tout intérêt à prendre les choses en main et à constituer votre pension de votre propre initiative via une assurance d'épargne-pension ou une assurance vie.

    Tout comme pour les salariés, vous avez aussi la possibilité de vous constituer un complément de pension via votre activité professionnelle (deuxième pilier de pension). En fonction de votre statut, il peut être intéressant d'opter pour l'une des options suivantes :

    • Si vous êtes indépendant en nom propre :
      • La formule la plus intéressante est la Pension Libre Complémentaire pour Indépendants, ou PLCI. C'est en effet l'option qui vous procure le plus grand avantage fiscal possible !
      • Vous pouvez aussi verser des primes dans la Convention de Pension pour Travailleurs Indépendants, ou CPTI. Cette formule vous permet d'espérer un rendement plus élevé !
      • Il est utile de vérifier si vous avez intérêt à souscrire une PLCI, une CPTI ou les deux.
    • Si vous êtes indépendant en société, vous avez tout intérêt à souscrire un Engagement Individuel de Pension ou EIP. Il s'agit en quelque sorte d'une assurance de groupe pour une seule personne. Il est fiscalement plus intéressant qu'une augmentation de salaire ou que le versement d'un dividende, parce que la société peut déduire les primes au titre de charges professionnelles !

     

    Comment faire pour cotiser à l'épargne-pension après 60 ans ?

    Vous pouvez encore commencer l'épargne-pension entre votre 60ème et votre 65ème anniversaire, mais dans ce cas, il faut prêter attention à certains points... Comme nous l'avons signalé plus haut, un contrat d'épargne-pension doit courir au moins dix ans. Si vous ne le concluez qu'à 61 ans, votre contrat (et l'impôt final) courra donc jusqu'à vos 71 ans. En outre, il sera aussi fiscalement moins avantageux, car vous ne pourrez déduire les primes que jusqu'à l'année de vos 64 ans inclus.

    Qu'advient-il de l'épargne-pension en cas de pension anticipée ? Vous pouvez prendre votre pension avant l'âge légal de la pension si vous remplissez les conditions d'âge et de durée de carrière :

    • 60 ans et 44 années de carrière
    • 61 ans et 44 années de carrière
    • 63 ans et 44 années de carrière

    Vous trouverez sur le site Internet du Service fédéral des Pensions un aperçu complet des périodes prises en compte pour la durée de carrière ! 

    Donc si vous avez franchi le cap des 60 ans, vous pouvez prendre votre pension anticipée. Cela signifie que l'impôt final de 8 % sera prélevé à ce moment-là (si vous cotisiez déjà à l'épargne-pension). Vous bénéficierez donc encore d'un avantage fiscal (jusqu'à votre 65ème anniversaire) sur toutes les primes que vous verserez après que cet impôt ait été prélevé, sans que le nouveau capital épargné ne soit imposé en contrepartie. Bref, vous êtes doublement gagnant !

    L'article de L'Echo ‘Poursuivre son épargne-pension après la pension anticipée est-il intéressant ?’ apporte toutefois la nuance suivante : « L’avantage fiscal est assurément une bonne raison de continuer à faire des versements après avoir pris une retraite anticipée. Mais attention : pour pouvoir bénéficier d’une réduction d’impôt sur les versements, il faut que vous payiez des impôts. Si vous n’avez pas de revenus – ou peu – et que vous ne payez donc pas d’impôt, vous ne pourrez forcément pas bénéficier de la réduction d’impôt pour l’épargne-pension. »

    6.

    Quel est le montant maximum pour l'épargne-pension ?

    Si vous cotisez à l'épargne-pension, vous bénéficiez d'un avantage fiscal sous la forme d'une réduction d'impôt. En quoi consiste précisément cet avantage fiscal ?

    • Le montant maximum pour l'épargne-pension (en 2020) est de 990 € ou 1.270 € :
      • Si vous épargnez 990 €, vous réalisez un bénéfice fiscal de 30 %. Ce qui correspond donc à un montant maximal de 297 €.
      • Si vous épargnez 1.270 €, vous réalisez un bénéfice fiscal de 25 %. Ce qui correspond donc à un montant maximal de 317,50 €.

    Notez toutefois que vous n'êtes pas obligé de verser le montant maximal. Vous pouvez aussi verser moins si vous le souhaitez. Sachant bien entendu que votre avantage fiscal diminuera en conséquence.

    • Les indépendants aussi peuvent épargner pour leur pension via leur activité professionnelle. Le montant maximum (en 2020) dépend de la formule choisie :
      • Le montant maximum en PLCI est de 8,17 % des revenus professionnels nets imposables d'il y a trois ans, plafonné à 3.291,30 €.
      • Le montant maximum en EIP ou en CPTI est calculé sur base de la règle des 80 %, sachant que la somme de la pension légale et de la pension complémentaire ne peut excéder 80 % de la rémunération brute normale de la dernière année. Calculez votre montant maximum sur base de la règle des 80 %.

    Pour avoir droit à l'avantage fiscal, il faut toutefois répondre à certaines conditions. Ensuite, il vous suffit de reprendre les primes dans votre déclaration fiscale. Veillez aussi à bien conserver l'attestation de la banque ou de l'assureur (numéro 281.60) pour pouvoir la présenter à l'administration fiscale le cas échéant.

    7.

    L'épargne-pension est-elle sans risque ?

    Aucune activité financière n'est totalement sans risque, mais on peut quand même affirmer sans se tromper que l'épargne-pension est l'un des investissements les moins risqués. Il ne s'agit pas ici d'investir de l'argent ‘dont on peut se passer’ dans l'espoir d'un rendement élevé, mais de l'argent dont on aura besoin pour vivre plus tard !

    Néanmoins, certaines formes d'épargne-pension sont plus risquées que d'autres.

    8.

    Puis-je prélever mon épargne-pension plus tôt ?

    Oui, il est possible de prélever votre épargne-pension plus tôt, mais c'est lourdement sanctionné au niveau fiscal, avec une pénalité de 33 %, plus les taxes communales. L'objectif est en effet que vous ne préleviez le capital épargné qu'au moment où vous prenez effectivement votre pension. 

    À partir de 60 ans, vous payerez une indemnité de sortie moins élevée. Le montant exact de celle-ci dépend d'un assureur à l'autre et diminue à mesure que vous approchez du cap des 65 ans. Mais quoi qu'il en soit, il est toujours désavantageux de prélever le capital épargné avant de prendre sa pension.

    Continuer mon épargne-pension ou partir à Bora-Bora ? | NN Insurance Belgium

    9.

    Qu'adviendra-t-il de mon épargne-pension en cas de décès ?

    C'est la question clé ! Le capital versé est déterminé en fonction du type d'épargne-pension.

    Il y a toutefois un hic ! Étant donné que l'épargne-pension donne droit à un avantage fiscal, le fisc prélève à votre 60ème anniversaire un impôt final de 8 % sur le capital épargné. Par conséquent, l'âge auquel l'épargnant décède détermine si le fisc doit encore réclamer son dû.

    Quant à savoir qui recueille le capital versé, cela dépend aussi du type d'épargne-pension :

    • Dans le cas d'un compte d'épargne-pension, le capital versé est réparti entre les héritiers.
    • Dans le cas d'une assurance d'épargne-pension, le capital est versé au bénéficiaire désigné en cas de décès.

    Dans les deux cas, des droits de succession sont dus !

    Qu'advient-il de votre épargne-pension en cas de décès ? | NN Insurance Belgium

    10.

    Faites le test : votre pension sera-t-elle un conte de fée ?

    epargne de pension

    Les contes de fée se terminent toujours par ‘et ils vécurent heureux pour toujours’, mais votre pension sera-t-elle un conte de fée ? Notre espérance de vie augmente, et c'est une bonne chose ! Du moins si c'est pour vivre heureux évidemment… 

    Voyez-vous votre future vie de pensionné(e) en rose ou au contraire votre situation financière future vous empêche-t-elle de fermer l'œil ? Découvrez en faisant notre test quel pensionné vous serez et bénéficiez de toute une série de conseils financiers pour vous préparer une retraite confortable :

    Combien de temps et de bonheur vivrez-vous ?
    Partagez cet article