10 000 Belges indiquent ce qui doit changer pour pouvoir vivre heureux longtemps

Langer leven

De septembre à décembre, 10 000 Belges ont réfléchi avec nous sur la longévité à laquelle ils pouvaient attendre, mais aussi leurs enfants et petits-enfants. Vivre plus longtemps a un impact énorme sur notre société. Que doit-on changer pour faire de cette vie plus longue une vie plus heureuse ? Selon les Belges, il y a trois priorités : la manière dont nous travaillons, le fonctionnement de notre sécurité sociale et la façon dont nous aménageons notre vie (apprendre, travailler, prendre sa pension).

Ce qui est étonnant, c’est que nous nous déchargeons de cette responsabilité. Nous laissons à d’autres la principale responsabilité de préparer notre société à une vie plus longue.

Ainsi nous distinguons trois domaines où des changements doivent absolument s’opérer. Il faut essentiellement modifier la façon dont nous travaillons, la sécurité sociale et la manière dont nous organisons notre vie :

  • Nous devons changer la façon dont nous travaillons. 68 % des Belges cherchent activement comment faire baisser leur niveau de stress et 54 % se sentent souvent à toujours épuisés à la fin de la journée. De ce fait, 12 % seulement des Belges déclarent avoir un job qu’ils pourraient exercer sans difficulté jusqu’à l’âge de 70 ans. Un changement est nécessaire. Le point positif, c’est que 67 % sont ouverts à un profond changement de carrière.
  • Il faut modifier la sécurité sociale. Mais comment modifier la sécurité sociale quand l’âge de la pension est bloqué ? La moitié des Belges estiment qu’à l’âge de 61 ans, ils ont suffisamment travaillé et sont d’avis que l’âge de la pension légale - bientôt - fixé à 67 ans n’est réalisable que si nous atteignons l’âge de ... 100 ans. Si nous voulons que notre sécurité sociale soit en accord avec l’évolution actuelle, nous devrons porter un autre regard autant sur le travail que sur la pension.
  • L’agencement de notre vie doit être modifié, estiment les Belges, mais ce n’est pas réaliste. En moyenne, le Belge voudrait passer 16 % de son temps à étudier, 33 % à travailler, 21 % à s’occuper des enfants et de la famille et 30 % à se reposer ou à profiter de sa pension. Gagner suffisamment d’argent pendant 33 % du temps pour pouvoir bien vivre les 66 % du temps restants, ce n’est ni réaliste, ni réalisable. 

Vous souhaitez en savoir plus sur les résultats de l’enquête ? Lisez ici le dossier complet.

Êtes-vous prêts à vivre plus longtemps : faites le test !

Nous devons oser faire une introspection. Chaque Belge peut se préparer individuellement à une vie plus longue. Le Test de Longévité calcule dans quelle mesure vous êtes prêt ou préparé à une vie longue et heureuse, et montre les similitudes entre personnes du même âge. Plus de 50 conseils sont également proposés pour vous aider dans votre préparation personnelle. Lancez-vous !