À combien ma pension de fonctionnaire s'élèvera-t-elle ?

bbm_107670154.jpg

La situation des indépendants n’est guère brillante en matière de pension. Leur pension légale sera très maigre, et ils ont tout intérêt à se tourner vers les trois autres piliers pour bénéficier d’un troisième âge confortable. Pour les fonctionnaires statutaires, la situation est diamétralement opposée. Pour eux, le premier pilier est et reste une base solide et confortable.

Pour les fonctionnaires

La pension moyenne d’un salarié dans notre pays s’élève à environ 1.200 EUR par mois. Celle du fonctionnaire… est plus du double : 2.600 EUR. Vous voyez donc pourquoi nous écrivions que le statut jouait le rôle plus important dans la détermination de la pension… Vous pourrez lire plus à ce sujet dans le dossier de presse de l'enquête nationale des pensions 2019 de NN. Il est apparaît clairement à quel point la pension des fonctionnaires est plus favorable que celle des personnes des autres statuts.

Le système des pensions des fonctionnaires statutaires diffère fortement de celui des salariés. Pour le calcul de la pension de la plupart des fonctionnaires, on ne se base pas sur la rémunération obtenue au cours de la carrière, mais bien sur un salaire de référence qui correspond à la moyenne de la rémunération des dix dernières années de la carrière. Ce salaire de référence est multiplié par le nombre d’années de service comptabilisées et en principe divisé par 60.

Le montant maximum absolu indexé pour la pension d’un fonctionnaire correspond à 80.024,15 EUR brut par an (index 1,7069 au 28/09/2018) ou 6.668,68  EUR brut par mois (mars 2018). Sans nul doute une véritable incitation à (aller) travailler dans la fonction publique !

Beaucoup de gens sous-estiment également le montant de la pension dont ils auront besoin. Faites ici le test pour savoir combien il vous faudra en plus de votre pension légale.

… et les élus

Ceux qui pensent que les fonctionnaires ont un système favorable, doivent jeter un œil sur la pension de nos parlementaires. Jusqu’il y a peu, cette pension était particulièrement intéressante, mais ici aussi, il y a du changement. Les exigences pour une “carrière complète” au parlement fédéral viennent, en quelques années, d’être rehaussées de 20 à 26 ans, puis 36 ans. En 2030, les parlementaires devront, comme tout le monde, justifier d’une carrière de 45 ans pour bénéficier d’une pension complète. L’âge de la retraite des parlementaires est passé en 2019 à 65 ans et atteindra 67 ans en 2030, comme pour tous nos concitoyens. La pension d’un membre de la Chambre des Représentants s’élève actuellement à 75 % du dernier salaire parlementaire. Pour cela, il faut cependant avoir 20 années d’ancienneté comme membre de la Chambre. 

À compléter ?

Toute médaille a son revers. Pour un fonctionnaire, il sera plus difficile de trouver un complément à sa pension, du moins via le deuxième pilier. Mais c’est somme toute assez logique: le deuxième pilier a précisément été créé pour améliorer la maigre pension légale du secteur privé par rapport aux fonctionnaires. Les fonctionnaires peuvent cependant sans problème bénéficier du troisième pilier du système des pensions. Ils peuvent donc également faire de l’épargne-pension/de l'épargne à long terme et/ou prendre une assurance-vie, ne fût-ce que pour bénéficier des avantages fiscaux. Et bien sûr, la fortune personnelle est pour eux aussi un atout pour des vieux jours confortables.

Les fonctionnaires statutaires ont bien moins de soucis à se faire concernant leur avenir que les autres catégories de la population. Cela n’empêche qu’ils peuvent avoir intérêt à trouver un complément à leur pension.


Découvrez les 6 types de futurs pensionnés et déterminez le vôtre.