Avez-vous déjà parlé avec votre famille de ce qui se passera le jour où vous ne serez plus là ?

Non ? C'est pourtant essentiel ! Votre mort aura en effet un impact considérable sur votre famille. Parlez-en ensemble. Regardez la vidéo puis lisez nos 6 conseils ci-dessous pour commencer.

Nous préférons ne pas parler du jour où nous ne serons plus là

20 % des Belges n'ont jamais réfléchi à ce qui se passerait pour leur famille s'ils venaient à décéder. 31 % y ont bien déjà pensé - les femmes plus que les hommes - mais sans plus. 29 % des Belges qui y ont déjà pensé n'en ont pas encore vraiment parlé avec leur conjoint, leurs enfants ou un ami. Parler de la mort est presque aussi tabou que parler de sexe ou d'une maladie psychique.

Comment votre famille paiera-t-elle les factures quand vous ne serez plus là ?

Même si nous préférons donc ne pas parler de la mort, 54 % des Belges sont conscients que leur famille pourra rencontrer certaines difficultés financières en cas de décès inopiné. Le décès d'un des soutiens de famille pourra ainsi surtout représenter une vraie catastrophe financière pour les Belges âgés de 35 à 49 ans. 65 % de ce groupe s'attendent ainsi à rencontrer des problèmes. Ce pourcentage est même de 79 % dans le groupe de plus en plus important des familles monoparentales car les frais pour l'eau, le gaz et l'électricité continueront à courir, le prêt voiture devra toujours être remboursé et les études des enfants coûtent beaucoup d'argent.

Votre voiture est mieux assurée que votre famille ?

Le décès d'un soutien de famille peut placer les proches face à de graves difficultés financières. Pourtant, 91 % des Belges n'ont pas d'assurance pour protéger le niveau de vie de leur famille. Alors que leur voiture, leur maison et leurs voyages sont bien assurés. Étrange non ?

Parlez-en avant qu'il ne soit trop tard

Nous vous souhaitons bien sûr de vivre encore de nombreuses années mais personne ne peut hélas être sûr dans ce domaine. Tout peut s'arrêter subitement du jour au lendemain. N'attendez donc pas qu'il soit trop tard pour parler de l'avenir. Voici quelques conseils dans ce cas : 

1. Demandez-vous à quoi vous aimeriez que l'avenir de votre famille ressemble le jour où vous ne serez plus là.

Commencez par vous demander à quoi ressemblera la situation de votre famille après votre décès. Pourra-t-elle garder la maison ? Votre partenaire pourra-t-il/elle continuer à travailler et qu'en sera-t-il de la garde ou des études des enfants ? Rassemblez des chiffres concrets sur votre situation financière aujourd'hui et le jour où vous ne serez plus là. Il pourra par exemple être utile de faire cet exercice et de parler à un moment où vous devez prendre une décision importante dans votre vie, comme l'achat d'une maison, un changement de travail, etc.

2. Parlez, mais écoutez aussi

Vous avez réfléchi à ce que vous voulez le jour où vous ne serez plus là, mais votre interlocuteur peut-être pas encore. Ne parlez donc pas uniquement de votre point de vue, mais donnez-lui aussi la possibilité de mettre des mots sur ses idées et ses sentiments. Une discussion sereine vous aidera à déterminer ensemble ce que vous trouvez important si l'un de vous vient à disparaître.

Découvrez dans ce petit film comment Cindy et sa grand-mère parlent de leurs principales angoisses pour l'avenir. Plus de conseils sous le petit film.

3. Choisissez un endroit confortable pour parler

Parler de la mort à la maison tout en cuisinant ou au milieu des enfants qui courent ne sera pas idéal. Les choses seront souvent beaucoup plus faciles sur terrain neutre. Lors d'une promenade par exemple, ou autour d'un verre.

4. Laissez parler vos émotions, mais évitez les disputes

Les émotions peuvent être grandes lorsqu'il s'agit de parler de la vie après la mort et les disputes ne sont jamais bien loin non plus, mais essayez autant que possible de ne pas en arriver là. Écoutez calmement les sentiments de l'autre, demandez-lui d'où vient tel ou tel sentiment. Vous pourrez ainsi en tenir compte et réfléchir ensemble à un plan pour l'avenir.

5. Retenez bien que parler d'un sujet aussi fort que la mort pourra renforcer vos liens

Parler ouvertement de ce qui devra se passer si l'un de vous décède renforcera votre sens commun des responsabilités. Cela pourra ainsi constituer une expérience positive pour tous les deux.

Découvrez dans ce petit film comment Bart et Philippe sont arrivés à la conclusion qu'ils voulaient continuer à prendre soin l'un de l'autre, même après la mort. Et lisez sous le film comment vous pouvez vous aussi le faire concrètement.

6. Établissez ensemble un plan pour l'avenir

Une bonne discussion sur la mort sera très utile, mais pas suffisante. N'oubliez pas de parler ensemble des choses à régler pour plus tard. Vous rendre chez votre courtier en assurances et parler d'une assurance décès sera par exemple une bonne idée. 

Personne n'aime parler de la mort. Parce que c'est pénible de se représenter ce moment et que cela peut déclencher des émotions bouleversantes. Parler avec votre famille de ce qui se passera le jour où vous ne serez plus là et préparer ensemble un plan pour l'avenir pourra toutefois être extrêmement rassurant. 

Les personnes dans ce petit film ont parlé de la mort avec leurs proches. 

Nous vous souhaitons également d'avoir le courage d'en parler. Bonne chance !


Une assurance décès vous permettra de protéger l'avenir financier de votre famille. Envie d'en savoir plus à ce sujet ? Demandez conseil à votre courtier en assurances.