Une page de ma vie : entreprendre. Les reconvertis.

EA technical services

Se lancer dans l’entrepreneuriat quel que soit votre âge

Els (53 ans) et son époux Aart (54 ans) avaient tous les deux une carrière brillante lorsque s’est présentée à eux une occasion unique de créer leur propre entreprise… Ils étaient sûrs d’une chose : ils devaient le faire. C’est ainsi qu’est né EA technical services.

À l’époque

Se lancer comme indépendant après 50 ans, c’est plutôt rare. D’où vous est venue cette idée ?
Aart Gijs : « En fait, c’est une occasion qui s’est présentée sur notre chemin, et que nous ne pouvions pas laisser passer. Nous avons eu la possibilité de devenir distributeur belge pour une marque allemande de compresseurs de qualité. Nous n’avons pas sauté immédiatement sur l’occasion, mais nous nous sommes très vite rendu compte du potentiel qui se trouvait sous nos yeux et nous sentions qu’il fallait le faire. Nous avons donc exploré le marché et commencé à construire peu à peu notre activité. Après un an à peine, nous travaillions tous les deux à temps plein dans notre nouvelle entreprise. »

EA technical services
Dans cet article

    « Nous avons commencé à réseauter très consciemment. Cela nous a aidés à nous accrocher. »

    À quoi ressemblaient ces premiers mois ?
    Els Vermeulen : « Pour être honnête, c’était assez effrayant, avec beaucoup de hauts et de bas. Il est important de noter que nous étions, l’un comme l’autre, habitués au confort que connaissent les employés. Nous avons vraiment dû partir de zéro… c’était un démarrage à froid comme on dit ! Aart connaissait tout de même le monde des compresseurs, du point de vue de la production et de l’achat. Grâce à notre formation, nous savions comment faire une étude préalable et rédiger un business plan. Ensuite, nous avons commencé à sortir de notre coquille et à réseauter, très consciemment, via Unizo et le Voka, par exemple. Cela nous a énormément aidés, non seulement au niveau des contacts, mais également parce que cela nous a permis d’entendre les histoires d’autres entrepreneurs, qui étaient également passés par cette phase de démarrage. Cela nous a aidés à nous accrocher. »

    Si vous pouviez tout recommencer, feriez-vous les choses autrement ?
    Els : « Non, je ne pense pas. Certaines choses demandent du temps, et on ne peut pas les forcer. La phase de démarrage n’est jamais simple, mais je ne pense pas que nous aurions pu faire quoi que ce soit pour faciliter les choses. »

    Maintenant

    Comment vous sentez-vous, aujourd’hui, par rapport à votre entreprise ?
    Els : « Le sentiment de panique qui était parfois présent au début a totalement disparu. Nous avons appris que quand on est indépendant, on peut toujours avoir des surprises et de nouveaux défis, qu’il faut relever et résoudre soi-même. »
    Aart : « C’est ce qui rend l’entrepreneuriat unique. On est totalement livré à soi-même. Chaque jour, on est confronté à des situations ou des détails très spécifiques pour lesquels il n’existe aucune solution toute faite et auxquels il faut consacrer du temps. »

    Vous vous êtes lancés sur le tard. Cela présente-t-il surtout des avantages ?
    Els : « En fait, oui. Je peux difficilement imaginer la même situation avec trois jeunes enfants à la maison. »
    Aart : « Ce qui nous a également aidés, c’est que nous nous étions déjà constitué une réserve personnelle, ce qui nous a permis de faire certains investissements par nos propres moyens. Nous avons également de la maturité et de l’expérience, qui manquent à la plupart des jeunes entrepreneurs. Par contre, un inconvénient de taille est que nous avons pris un risque énorme. Si ça ne marche pas, nous ne pourrons pas reprendre notre ancien travail, avec une carrière toute tracée. »

    « Développer une entreprise, c’est quelque chose de très créatif. C’est presque de l’art. »

    Comment gérez-vous l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle ?
    Aart : « Ça commence à s’améliorer un petit peu. Nous ne travaillons plus tous les soirs et tous les week-ends. »
    Els : « Cela fait partie des règles du jeu quand on est entrepreneur. On travaille, mais d’un autre côté, on essaie vraiment de développer et de construire quelque chose. Et cette deuxième partie est un peu comme un hobby. Développer une entreprise, c’est quelque chose de très créatif, c’est presque de l’art. Et comme un artiste ne peut pas arrêter son inspiration, un entrepreneur ne peut cesser de travailler pour améliorer et développer son entreprise. »

    Gérer une entreprise en tant que couple, c’est encore un défi supplémentaire, non ?
    Aart : « Au début, c’est très agité. En fait, c’est un peu comme si on avait un nouveau bébé. Tout commence dans la chambre. Ce bébé demande beaucoup d’attention. Ensuite, on parvient péniblement à le faire sortir de la chambre, mais il nous tient encore éveillés pendant la nuit. »
    Els : « (rires) C’est vraiment une très bonne comparaison. En effet, c’est assez lourd au début, mais d’un autre côté, c’est également un avantage de pouvoir prendre les décisions les plus importantes simplement, autour de la table de la cuisine. »

    Plus tard

    À quoi ressemblera EA technical services dans, disons, 10 ans ?
    Aart : « J’imagine une belle PME. Une entreprise souple, qui tourne bien et qui a, espérons‑le, une part de marché raisonnable. Nous avons bien quelques idées concernant l’évolution de notre entreprise, mais nous ne nous focalisons pas dessus. Après tout, on peut toujours garder la surprise ! »
    Els : « Grâce au feed-back de nos clients, nous voyons bien que nous proposons quelque chose d’unique, dont le marché avait besoin. En fait, nous jouons un peu le rôle de service de maintenance pour les petites entreprises. Nous ne faisons pas que vendre : nous réfléchissons avec les clients pour leur proposer le compresseur le plus avantageux pour eux, et nous tenons un planning d’entretien pour les aider. C’est unique et les clients semblent vraiment apprécier le concept. »

    « On a l’impression que la retraite est encore très, très loin. »

    Pensez-vous déjà à votre retraite ?
    Els : « On a l’impression que la retraite est encore très, très loin. Nous avons vécu en Italie pendant un moment, et nous y avons rencontré un homme de 85 ans qui possédait son entreprise de compresseurs et qui travaillait encore tous les jours avec beaucoup de joie. Si nous pouvons le faire aussi, nous n’avons pas besoin de penser à notre pension. Financièrement, nous essayons aujourd’hui de nous protéger. Jusqu’à présent, nous n’en avions tout simplement pas les moyens. Maintenant que nous avons passé le seuil de rentabilité, nous commençons effectivement à y penser. »

    À propos de EA technical services
    EA Technical Services est une entreprise d'installation technique spécialisée dans l’air  comprimé industriel. L’entreprise est également distributeur exclusif pour une marque allemande de compresseurs. EA Technical Services existe depuis 3 ans, emploie 4 collaborateurs fixes et compte plus de 200 clients.

    Partagez cet article