Toujours et partout joignable, même en vacances ?

Pour mon employeur, les vacances sont sacrées. Les employés ne sont dérangés sous aucun prétexte, et ils ne sont pas censés travailler pendant leurs vacances. Cela sonne bien, mais est-ce partout le cas ?

Ne pas déranger, s'il vous plaît !
Les vacances ? Le moment ou jamais de se déconnecter. Pas de mails, pas de coups de fil. 48% des salariés déclarent que leur employeur respecte cela. Deux employés sur trois ne souhaitent pas être dérangés pendant leurs vacances. 32% indiquent cependant que leur employeur en tient insuffisamment compte et qu'ils ont le sentiment de devoir toujours et partout être joignables.

Les attentes de l'employeur
Le développement de la technologie mobile et du smartphone a eu pour conséquence que nous sommes toujours et partout joignables. C'est bien pratique pour le travail, mais cela crée le sentiment de l'évidence de devoir être joignable jour et nuit. L'employeur est-il en droit d'attendre cela ?

La responsabilité du salarié
En revanche, les employés sont eux-mêmes aussi un peu accros à leur smartphone, tablette ou portable. Qui ne vérifie pas en fin de soirée si la réponse à ce mail est déjà arrivée ? Les employés peuvent aussi prendre leurs propres responsabilités.

La théorie et la pratique
Évidemment, c'est le contrat de travail qui détermine quand et où les salariés sont à la disposition de leur employeur. Que ce dernier leur ait mis un GSM ou une tablette à disposition, cela ne change rien, c'est le contrat de travail qui est d'application. Voilà en tout cas pour la théorie. Car en pratique, vous attendez peut-être, en tant qu'employeur, un contact permanent avec votre employé via smartphone, tablette ou pc ?

Des accords clairs
Il est recommandé que l'employeur et l'employé en parlent ouvertement.  Convenez clairement de ce qui est attendu en ce domaine.

La liberté pour les salariés ?
Allons-nous, pour notre bien-être, introduire une interdiction généralisée de répondre aux mails dans la soirée ? Certains employés travaillent mieux au bureau, de neuf à cinq ; d'autres, en revanche, préfèrent des horaires irréguliers, à la maison ou en déplacement. Chacun fait ce qu'il préfère. Y a-t-il un accord tacite préconisant que les salariés doivent être joignables 24 heures sur 24 et qu'il est de bon ton de répondre à minuit à un courriel ? Dans ce cas, en tant qu'employeur, il vaudrait mieux que vous réexaminiez la chose.

 


En savoir plus sur Delta Lloyd Life Les Belges enquête de santé.
Dans cet article
    Partagez cet article