Lieven Annemans suit de près la crise Corona !

lieven_annemans_fr

Lieven Annemans, économiste de la santé et professeur du bonheur, répond à vos questions de l'impact du coronavirus sur la santé, l'économie, mais aussi le bonheur.

Il a répondu à nos questions les plus pertinentes.

 

 

Selon vous, à quel point les mesures actuellement prises par le gouvernement sont-elles importantes et efficaces ?

Au départ, tout le monde pensait que ce virus était un peu plus contagieux et mortel que celui de la grippe auquel on est confronté chaque année. Les experts étaient eux aussi de cet avis. Mais nous avons dû revoir nos positions, surtout en ce qui concerne la contagiosité. Une partie de la population a continué à se montrer nonchalante et il a donc bien fallu édicter des mesures plus sévères. Je pense que la majorité des gens se rendent compte à présent qu’il s’agit d’un virus dangereux et imprévisible. Je doute cependant de la nécessité absolue d’un lockdown complet. Si les mesures actuelles sont bien respectées, les résultats devraient se faire sentir d’ici une bonne semaine.

 

On a délibérément choisi de faire passer la santé avant l’économie. Qu’en pensez-vous en tant qu’économiste de la santé ?

Les économistes de la santé prennent toujours la santé comme point de départ. La santé étant notre bien le plus précieux, elle prime bien entendu. Mais nous n’avons évidemment pas tout l’argent du monde à y consacrer ou à y sacrifier. Il faut investir intelligemment dans la santé. En cas de scénarios catastrophes cependant, on ne se pose temporairement plus la question de savoir si une décision déterminée est sage d’un point de vue économique. On veut à tout prix éviter une catastrophe. Néanmoins, on se demandera bientôt si prolonger les mesures draconiennes a un sens. Supposons que, dans le scénario le plus pessimiste, les mesures n’apportent pas les résultats escomptés mais que les prolonger se révèle encore plus grave pour l’économie générale et la prospérité (avec toutes les conséquences que cela implique pour la santé comme par ex. une augmentation du nombre de dépressions), il faudra peser le pour et le contre : continuer à bloquer l’économie ou permettre à la société de reprendre son cours tout en maintenant bien entendu les recommandations strictes en ce qui concerne le contact interpersonnel, l’hygiène des mains, etc.

 

Selon vous, quelles sont nos chances de vaincre ce coronavirus ? Qu’est-ce qui vous semble réalisable ?

Dans le scénario optimiste, la courbe se renversera bientôt. Je veux parler surtout de la courbe des cas graves. Les chiffres relatifs au nombre total de cas ne sont en effet pas très fiables. Si la courbe s’aplanit, comme c’est actuellement le cas en Chine, l’économie et la société vont reprendre. Mais cela laissera malgré tout des traces. Non seulement au niveau d’un ralentissement de la croissance économique, voire même d’une contraction de l’économie mais aussi par exemple au niveau de l’impact sur notre santé mentale. Il se pourrait que cette crise incite les gens à réfléchir à leur façon de vivre, à prendre conscience du fait qu’il faut vivre autrement. Par exemple en voyageant moins, en consommant davantage de produits locaux, etc. Il serait peut-être intéressant aussi d’accélérer la mise en œuvre de robots dans la société afin que nous devions travailler moins et que les robots continuent à fonctionner lorsque nous sommes malades. Il ne s’agit que de quelques pistes que nous avons tout intérêt à explorer.

 

Le niveau de bonheur des citoyens est-il à présent relégué au second plan ? Ou comment voyez-vous les choses ?

Oui, il me semble. Et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle je me pose des questions en cas de lockdown complet car son impact sur notre santé mentale et notre prospérité pourrait s’avérer nettement plus grave que ce que l’on pense. Maintenant déjà, les personnes âgées sont isolées dans un souci de les protéger contre le virus sars-cov2. Ce qui est logique dans les conditions actuelles mais ne fera qu’accroître la solitude. Or, on sait que la solitude est elle aussi un tueur silencieux. Voilà pourquoi il est important de contacter quotidiennement les personnes âgées par téléphone et/ou autre télé-applications. Nous pouvons également nous aider et nous entraider, tout d’abord en conservant notre calme et ensuite, en continuant à bouger. Tirez également profit de l’augmentation de votre temps libre pour essayer la méditation ou la pleine conscience.